Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 05 mars 2006

"Dieu vous guard de mal, tant vous avez la bouche fraische"

Des voix indignées s'élèvent pour reprocher à Georges Frêche ses propos à l'emporte-pièce. Pas ses idées. C'est assez révélateur de l'esprit du temps, où tout est affaire de posture et de discours.

On n'admet plus guère aujourd'hui que les jurements puissent être "couleurs de rethorique Ciceroniane" et que le mot, comme le prétendait Brassens, ne soit "rien du tout". Dans cette logique, dès lors qu'il s'agit de venir à résipiscence, il n'est pas surprenant que les formules d'excuse les plus hypocrites prennent soudain valeur de talismans apotropéens.

samedi, 04 mars 2006

Dictionnaire des cynonymes

Acheté ce matin à la solderie locale Médor, Pupuce, Mirza, Rintintin et les autres. Le dictionnaire des noms de chiens, de Pierre Enckell (Mots et Cie, 2000). On y trouve naturellement plusieurs toutous immortalisés par Colette, dont Pati-Pati, "brabançonne aux yeux vairons, qui dit des choses surprenantes", mais aussi Hylactor et Pamphagus, les chiens parleurs du Cymbalum Mundi. L'auteur n'a pas retenu le reste de la meute d'Actéon : Mélampus et Ichnobates, Dorcée et Oribasos, Nébrophonos, Théron, Lélaps, Ptérélas et "les autres qu'il serait trop long de nommer" — "quosque referre mora est". Le curieux les retrouvera au livre III des Métamorphoses ou chez Hygin. En revanche, on apprend avec intérêt que Maeterlinck avait baptisé sa levrette Didi-pisse-partout et que le Démoc-Soc de la princesse Mathilde vessait abominablement. Comme le Patate de l'inspecteur Callaghan dans Sudden Impact.

vendredi, 03 mars 2006

Météo 13

En dépit d’une météo alarmiste, on circulait plutôt bien, ces jours derniers, dans la moitié nord de la France. Quelques flocons, mardi, sur le Nivernais et l’Auxerrois, chaussée gadouilleuse du côté de clamecy ; rien pourtant qui puisse justifier une "alerte orange".

à lille, mercredi, ciel capricieux d’avant-printemps, trottoirs à peine poudrés de neige le matin. Les premiers crocus pointent le nez dans le gazon pelé d’un parterre de Wazemmes. Au "Furet" aussi, on prépare le printemps. Celui, paraît-il, des Poètes. Nous avions déjà la saint-Valentin, la journée de la Femme, la fête de la Musique, la Fête des Grand-Mères, que sais-je ? Alors, pourquoi pas ? Et, comme je ne trouve en rayon ni Federman, ni André de Richaud, ni Pirotte — dont je pensais acheter les Contes bleus du vin —, je repars avec Nul ne s’égare, d’André Frénaud.

Jeudi, retour vers les Combrailles par la Puisaye et le sancerrois. Au passage, une pensée pour Colette : "Il y avait dans ce temps-là de grands hivers… "

Mais où sont les neiges d'antan ? Colette est à la littérature ce que Dalida est à la chanson française.

Trépassement d'un chat

2 mars 2006 :
"Des centaines de propriétaires de chats n'hésitent pas à abandonner leur fidèle compagnon dans des dispensaires, indique la Société allemande de protection des animaux." (les journaux)
Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les sains !

H5N1

28 février 2006.

— Quelle nouvelle ?
— Le petit chat est mort.

mercredi, 01 mars 2006

Je reviens. Laissez le courrier chez la voisine

Je suis absent pour un un jour ou deux. Pardonnez-moi de laisser blog et commentaires en souffrance... Je m'efforcerai de répondre brièvement à tous à mon retour...

lundi, 27 février 2006

Είρωνεία

À propos de l'ironie, dont il a été question dans quelques commentaires récents, ces propos d'un personnage de Conrad, cités par Kundera dans L'Art du roman : "Souvenez-vous, Razumov, que les femmes, les enfants et les révolutionnaires exècrent l'ironie, négation de tous les instincts généreux, de toute foi, de tout dévouement, de toute action !" Commentaire de Kundera : "L'ironie irrite. Non pas qu'elle se moque ou qu'elle attaque mais parce qu'elle nous prive des certitudes en dévoilant le monde comme ambiguïté." (L'Art du roman, Folio, p. 159)

Vocabulaire 5

La "dragée perlée", dont il est question dans l'épisode des "parolles gelées", me fournit le prétexte à musarder entre les pages des vieux dictionnaires. J'y aurai appris aujourd'hui que l'expression "écarter la dragée", avant de s'appliquer à un fusil dispersant exagérément les plombs, signifiait familièrement "postillonner". "On le dit figurément, nous indique Féraud dans son Dictionnaire critique de la langue française, de celui qui laisse échapper de petites parties de salive en parlant." Et d'ajouter cet exemple : "Il ne fait pas bon être près de la chaire quand cet abbé prêche : il écarte furieusement la dragée."

dimanche, 26 février 2006

La musique du hasard

Menue coïncidence. Alors que j'écoute la petite messe inachevée de Martinů — on en est au Sanctus : Hosanna in excelsis Deo —, j'ouvre au hasard Ange Vincent, de Jean-Claude Pirotte, et tombe sur ce paragraphe : "Le récit de mes amours. Hosanna in excelsis Deo. Je suis fou à lier. N'ai-je pas aimé Carlijn la Hollandaise ? Ah le vent, qu'il assène ses coups de torchon humide sur ma face !" (La Table Ronde, 2001, p 51)

vendredi, 24 février 2006

Le grand style 13

"Après tout si des chirurgiens de trente ou quarante ans, des juges, des architectes, des professeurs, même, et des écrivains, peuvent avoir, ont dans leur majorité, déjà, la calligraphie d'écoliers de neuf ou dix ans, comme cela se voit tous les jours ; s'ils mettent sur leur enveloppe, vous écrivant, de leur grosse écriture pâteuse de pensionnaire pauvre, binoclard et masturbé, M. ou mieux encore Mr. (et ce n'est nullement pour Mister, dans leur esprit) Jean, quand ce n'est pas J., Person, à l'instar d'élèves-instituteurs, tandis qu'ils se désignent volontiers, au dos, comme Tallabert Jérôme, à l'exemple de bidasses cul-terreux, ou Dupouffier Ghislaine, que l'intéressée prononce d'ailleurs Jisslaine, à moins qu'elle ne s'appelle désormais Jennifer ou Gladys, comme naguère votre manucure et comme aujourd'hui les petites Arabes ou les négresses de la caisse, au supermarché; si les feuillets volontiers quadrillés de leurs missives traînent dans des enveloppes trois fois trop grandes, ou sont dix fois pliés et repliés dans des enveloppes trois fois trop petites, mais en tout cas sans aucun rapport avec eux de format, de consistance et de couleur ; si ces mêmes colonels, ces dentistes, ces premiers présidents, ces presque prix Goncourt et ces banquiers, donnent toutes les apparences, donc, en la plupart des signes culturels qu'ils émettent, de sous-chefs de bureau dans des hôtels de ville de brique rouge du bassin sidérurgique, de bedeaux à manches de lustrine pour curés de campagne tuberculeux, de mécaniciens graisseux ou plutôt de fils prépubères de sous-chefs, de sous-bedeaux et de sous-mécaniciens, si tout cela, donc — et ce ne sont des si que par une optimiste complaisance —, on ne voit pas du tout pourquoi, pas du tout pourquoi, pas du tout pourquoi, ni sous quel prétexte, ils ne pourraient pas s'initier aux délices du redoublement de sujet, parler comme ils écrivent, comme des bébés, et dire comme tout le monde "Janine elle aimerait bien le connaître, Roland"."

(Renaud Camus, 22379 signes (les bonnes, l'excrément, les jeunes filles), L'Infini, n° 52, 1995)