Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 06 avril 2006

"En ce temps de grande paresse..."

Nulla dies sine linea ?

C'est fait. Voilà rempli le contrat tacite du blogueur consciencieux.

mardi, 04 avril 2006

Substantifs féminiformes

Extrait d’un mail émanant de la SIÉFAR (Société Internationale pour l'Étude des Femmes de l'Ancien Régime) :

"[…] L’année dernière, pour la première fois dans l’histoire du concours de l’Agrégation de Lettres, les œuvres de Louise Labé ont été mises au programme de littérature française ; elle était la seconde autrice à avoir cet honneur pour le XVIe siècle.
Parmi les produits inattendus de la floraison de travaux généralement consécutive à un tel événement, vient de paraître un livre de Mireille Huchon, professeure de langue française à la Sorbonne (Paris IV), qui remet en cause la paternité de Louise Labé sur le volume des Euvres paru en 1555 et réédité en 1556 […]"

Autrice, professeure ? Voilà assurément des audaces lexicales qui contribuent grandement à libérer la femme !
à
propos du mot auteur, le Robert historique de la langue française indique : "Le mot n’a pratiquement pas de féminin en français d’Europe : auteuresse (av. 1921), autoresse et authoress (1867, chez Taine, anglicisme), ni autrice, plus régulier et ancien ne sont usuels." Pour professeur, le même dictionnaire précise : "malgré la tentative de quelques formes féminines (professeuse, professoresse, une professeur), le masculin est seul en usage en français d’Europe, en parlant d’une femme."
En revanche, on notera que la forme conne ne fait l’objet d’aucune réserve.

lundi, 03 avril 2006

"Je pense que vous estes venu par la pluye : vous estes encore tout tortant"

Parti il y a une semaine avec la pluie, je rentre sous les giboulées.

Bref passage à Lille, au lendemain de la manifestation "historique" de mardi dernier. Dans toutes les rues, autour de la Grand-Place, la police, omniprésente ; on n'a pas vraiment envie de s'attarder. Un rapide passage au "Furet", où j'achète Les Marécages, de Joe R. Lansdale (excellent polar sudiste qui n'est pas sans rappeler La Nuit du chasseur) et un recueil de Follain, puis, provision faite de vieux lille, de mont-des-cats, de maroilles et de bière de Saint-Amand parfumée aux baies de genièvre, je regagne mon pied-à-terre de Wazemmes. De ma fenêtre, j'observe le manège d'un couple de pies qui construit son nid dans un platane du boulevard.
Après le Nord, quelques jours en Lorraine. On peut préférer, bien sûr, "ces pays imbéciles où jamais il ne pleut", mais c'est un plaisir de choix que de profiter d'une après-midi particulièrement grise, venteuse et sinistre, pour aller visiter, de l'autre côté de la frontière, les monstrueuses friches industrielles de Völklingen, univers labyrinthique de ferraille, de rouille et de béton.
Plaisir de trouver, à mon retour, un colis de livres qui devrait m'occuper quelques jours. Les trois petits volumes vert pomme des Écrits de Gustave Roud, non coupés, ravissent l'œil et la main, et promettent maints bonheurs de lecture...

mardi, 28 mars 2006

Météo 14

Temps variable. Brèves éclaircies. Faibles averses...

Je pars pour quelques jours.

lundi, 27 mars 2006

Printemps des poètes 4

Depuis plusieurs semaines, je recherche à travers les livres accumulés un peu partout dans la maison le mince recueil de haïku que J. avait acheté pour moi, il y a quelques années, à la fête de L’Unità, à Casal Borsetti. En vain. Je retrouve en revanche des choses oubliées, comme ces solstices terrassés, de paul Valet (Mai Hors Saison, 1983) — une poésie d'une sourde violence : bribes laconiques, paroles éructées, grumeaux de trivialité surnageant dans le brouet fétide de la souffrance :

"… la poésie est un piège. On y sombre d’une façon si douillette, si ronronnante. Le joli pue."

Il y a, en effet, pas mal d’étrons le long des sentiers fleuris du Printemps des poètes.

dimanche, 26 mars 2006

La profondeur lyophilisée

Qu’un ivrogne profère un truisme, cela donne une brève de comptoir. Qu’un moraliste ou un philosophe la note sur ses tablettes, vous avez un apophtegme.

Il ne suffit pas que Nicolás Gómez Dávila ait écrit "La seule différence entre riches et pauvres, aujourd’hui, c’est l’argent" pour qu’on le considère comme un remarquable penseur ; mais il suffit qu’il ait signé cette platitude pour qu’on y soupçonne quelque tiefere Bedeutung.

(Citation trouvée sur le site du Magazine de l'homme moderne, traduction de Philippe Billé. Voir également l'article de Juan Asensio, alias le Stalker, "Gómez Dávila ou la passion de la réaction")

samedi, 25 mars 2006

Perché leggere i classici

Que lirons-nous en ces jours de chienlit ? Nous n'avons plus grand-chose de neuf à feuilleter. Les journaux sont trop déprimants, trop complaisants, trop prompts à traquer l'anecdote croustilleuse, le fait-divers sanguinolent, l'obscène et le futile, trop enclins au psittacisme : "Le roi Midas a des oreilles d'âne..."
Relisons plutôt, en attendant que le facteur nous apporte Ceronetti, Gustave Roud et Gretel Ehrlich, les chroniques de Fruttero et Lucentini, qui, en une trentaine d'années, n'ont guère pris de rides : aujourd'hui comme hier, "la prédominance du crétin" s'impose, tapageuse et accablante. L'espèce des "mandarins rosés", on le voit ces jours-ci, n'est pas éteinte ! (voir "Le mandarin rosé", in La Prédominance du crétin, Livre de Poche, 1990, p. 86)
On peut aussi redécouvrir les articles politiques de Mirbeau, dont la lucidité tour à tour furibonde et désabusée ne messiérait pas à notre époque déboussolée. Justement : "Toutes les époques se valent, et aussi tous les régimes, c'est-à-dire qu'ils ne valent rien." (Le Figaro, 28 nocembre 1888)

vendredi, 24 mars 2006

"Vous marcherez sur le trottoir le long du défilé"

Compte rendu, dans Libération, des manifestations d’hier :

"Des professeurs d'université sont là aussi. Approchant du ministère de l'Education, ils ont scandé : Etudiants, enseignants solidarité ! et De Robien au balcon ou sinon nous entrons."

Des professeurs d'université, habituellement "graves et sérieux comme l'âne", braillant sur l'air des lampions... Je pense à Michaux : "En observant des séminaristes, bientôt docteurs en théologie, jouer à taper du pied sur un ballon de football, on est amené à remarquer qu’il est apparemment plus facile au tigre d’être totalement, dignement tigre qu’il ne l’est pour l’homme d’être homme."

("Tranches de savoir", in Face aux verrous, Gallimard, 1967)

 

jeudi, 23 mars 2006

Printemps des poètes 3

Bukowski, à propos d’un soi-disant poète :

"Il pond un tas de poèmes remplis de mots comme Étoile mer nuit mort amour blessure et tu trouveras facilement les autres. Comment il appelle ça n’a aucune espèce d’importance parce que des types comme lui ils sont aussi nombreux que les brins d’herbe rabougris que je peux voir de ma fenêtre du deuxième étage."

(Lettre à J. W. Corrigton, 23 février 1961)

Et, vingt ans plus tard, à propos d’ateliers d’écriture poétique :

"… faire venir les gens à la poésie, essayer de leur montrer ce que c’est, ça n’est pas nécessaire. Si la poésie est suffisamment bonne et solide ils trouveront leur chemin […] Nous n’avons pas besoin de séminaires de poésie, nous avons besoin d’écrivains ; nous n’avons pas besoin de discussions, nous avons besoin de quelques personnes pour la pisser, pour la taper et pour la mettre en forme. Et nous avons encore moins besoin de snobisme et de gangs et de factions poétiques."
(Lettre à Joe Stapen, août 1981)

Petite anthologie portative 24

"Dans l'enclosure du poème se joue l'abîme."

(André Frénaud, 'Feu originel' II, in "Le parcours et la lumière, la question" — Hæres, Poésie/Gallimard, 2006)