Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 juin 2006

France profonde

Montluçon (Allier), rue des Faucheroux. Sur la porte d'une bicoque aux volets clos, diverses plaques gravées :

M. et Mme V...
Attention au chien
Interdit à tous représentants et témoins de Jéhovah.

dimanche, 18 juin 2006

"La tarte à la crème m'a affadi le cœur"

Si Madame Royal n'aime pas la chantilly, peut-être qu'une tarte bourbonnoise ? ...

Est-ce que vous m'aimez ?

Fier comme un pou ?
Fiérot, le pou !
Pierrot le Fou...

Devos est mort.
On se rappelle cette séquence sur la plage de l'Ayguade : "Est-ce que vous m'aimez ?"
J'ai vu Pierrot le Fou pour la première fois au cinéma Le Mozart, à Clermont-Ferrand.
En 1969, j'étais en vacances à Hyères. Camping et crème solaire.
L'année où l'on a marché sur la lune...
Devos, pierrot lunaire.

samedi, 17 juin 2006

Always the sun

Hier, retour du Nord sous une chaleur torpide et par des chemins paresseux. Nous achetons à Ligny-le Châtel du chablis et du bourgogne rouge, de l'irancy dans la commune éponyme ; à Saint-Amand-en-Puisaye, égouttoirs à fruits et bols de grès. À Saint-Sauveur, où nous demandons notre route, un sympathique ivrogne, occupé à cueillir des roses dans son jardinet, nous renseigne d'une voix bredouillante. Le souvenir de Colette tremblote dans l'air brûlant.

mardi, 13 juin 2006

Loci amœni

Où goûter dans un cadre agréable ?

Les Arbres la Chiotte (Ardennes)
Le Bois du Chier (Creuse)
Le Buisson de la Merde (Loir-et-Cher)
Le Caca (Lot-et-Garonne)
Les Chiasses (Vienne)
Chier Gras (Loire)
Le Cul du Pet (Isère)
Le Ruisseau de la Bouse (Ardèche).

Des chiffres et des lettres

Autrefois, on allait en vacances en Vendée ou dans la Creuse. Aujourd'hui, on passe l'été dans le 85 ou le 23. Bien sûr, c'est un exemple : personne n'envisage sérieusement de séjourner à La Souterraine ou à Dun-le-Palestel.

Le grand style 15

"Les chatons qui sauticotent et boulent sur le divan sont nus, mais ils ne se découvrent pas obscènes."

(Pascal Quignard, Vie secrète, Folio 3292, p. 373)

Méchamment les oiseaux

Dans le ciel stupidement bleu,
le vol fou des martinets,
mallarméens et stridents.

Des siècles de beauté sur le dos

"Des siècles de beauté sur le dos" : c'est le titre du bel hommage de Jacques Drillon à György Ligeti, qu'on peut lire sur le site du Nouvel Observateur. Un homme de goût, qui parle avec intelligence d'un musicien hors pair, brillant, rigoureux, ironique. Plutôt que Le Grand Macabre (qui serait peut-être aujourd'hui déplacé) ou le Requiem (en la circonstance redondant), nous réécouterons, pendant qu'au-dehors les pinsons fringotent, ce Chamber concerto, subtilement inquiétant, marqué d'une intranquillité paisible.

lundi, 12 juin 2006

Pigritia

Fatigue ?
— Paresse.