Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 01 novembre 2005

Louons maintenant les grands hommes

Toujours sur les sites de journaux en ligne, et sur le thème "Nous irons tous au paradis" :

"Le pape appelle à ne pas craindre la mort

[...] le Père accueille tous ses fils "de toute nation, race, peuple et langue" comme nous pouvons lire dans le livre de l'Apocalypse..."

On lit sur la même page :

"Irak : un enfant d'une dizaine d'années s'est fait exploser ce matin contre le convoi d'une chef de la police."

Plutôt que l'Apocalypse (5:9), on pourrait invoquer ici Matthieu 11:15 'Que celui qui a des oreilles pour entendre entende" ou 19:14 : "Laissez venir à moi les petits enfants et ne les en empêchez pas."

Politique 4

Sur le site du journal La Croix, ceci :

"Le ministre Azouz Begag suscite l'ire des sarkozistes :
[...]
Yves Jégo (UMP, Seine-et-Marne) a souhaité que Dominique de Villepin rappelle Azouz Begag à l'ordre. Pierre Cardo (UMP, Yvelines) lui a demandé de remettre l'église au milieu du village".

Le pronom anaphorique de la dernière phrase est fâcheusement amphibologique : on suppose que c'est à Dominique de Villepin que M. Cardo à demandé de "remettre l'église au milieu du village", et non à Azouz Begag !

Dans le même article, on rapporte également une intervention d'un député du Cantal. Les vachers ivres de gentiane incendient-ils les tracteurs Cournil dans les banlieues de Salers ?

lundi, 31 octobre 2005

Trépassés 4

"Non so raffigurarmi i campi eterni"

"Je ne puis imaginer les campagnes éternelles

Je pense qu'alors nous dormirons côte à côte
dans la tombe, et si même là les rêves
me tourmentent, je tendrai ma main
pour toucher ta main : elle sera froide
comme la pierre et froid sera ton visage
immobile et tu ne me répondras pas"

(Lalla Romano, La Bocca arida, 1974 — trad. Philippe Giraudon, Orphée/La Différence, 1994)

Le Chameau et les Bâtons flottants

L'amitié procède souvent d'une sorte de myopie du cœur et de l'esprit. Le temps et l'expérience corrigent généralement ce défaut d'appréciation. Ou le changement de perspective :

"De loin, c'est quelque chose ; et de près, ce n'est rien."

Trépassés 3

Musique de circonstances et de saison : on pourra écouter cette semaine, à défaut de Michel Polnareff, les requiem de Johannes Ockeghem, Jean Richafort ("In memoriam Josquin Desprez"), Théodore Gouvy ou Paul Hindemith ("Denen, die wir lienen" d'après le texte de Walt Whitman en hommage à Lincoln When lilacs last in the dooryard bloom'd).
Ou encore le Dona eis de Pascal Dusapin.

Trépassés 2

Deux conceptions eschatologiques :

"On ira tous au paradis."

(Michel Polnareff)

"Aucun idiot, même saint, n'ira au paradis"

(William Blake, cité in Paula Fox, Personnages désespérés, trad. Marie-Hélène Dumas, Joëlle Losfeld, 2004)

En fonction de l'opinion qu'on a de soi, on décidera laquelle est la plus rassurante. 

dimanche, 30 octobre 2005

Trépassés

Week-end placé sous le signe du chrysanthème, "la marguerite des morts", dont l'odeur âcre a des relents de caveau humide et d'éternité. Abandonnons pour quelques jours le haïku au profit de l'épitaphe mélancolique.

"... Or sont morts
Tous ches corps
Qui porissent
Vers norissent
Et attendent
Quilz reprendent
Soubz ches lames
Corps et ames..."

 

("Épitaphe antique en langage picard", in Geofroy Tory, Champfleury, 1529)

La vaisselle des poètes

"L'écuelle rouge aussi
Où l'eau sale s'oublie
Et qui pourrirait,

Elle sera lavée."

(Guillevic, "Choses", in Terraqué, 1945)

"Regarde celui qui s'en vient des ronciers du silence
Accueille-le dans ta maison
Aux draps humides et aux tasses de grès

----------------------

Je ne donne que l'amitié dans le bol cassé de la tête"

(Jacques Bertin, "Impossible parler" (1975) in Plain-chant Pleine page, Arléa/Velen, 1992)

"L'âme devant le monde :
Le chat devant la soucoupe de lait..."

(Maurice Chappaz, Tendres campagnes, 1966)

"Attablée devant mon i-book blanc
je trempe mes seins dans l’assiette de lait
des mots"

(A. R. sur "À mains nues", 30/10/2005)

samedi, 29 octobre 2005

Politique 3

"Un type innocent ne peut faire de politique, car il ne peut pas être un salaud. Un homme politique naîf est une catastrophe pour son pays. Les hommes politiques médiocres sont des naifs qui se font des illusions et cela a des conséquences fâcheuses. Si l'homme politique est naïf, il est dangereux. Ce sont des choses apparemment simples, mais au fond très importantes. Ce qui est curieux, c'est que l'expérience de la vie montre combien se trompent les gens qui se croient très intelligents. Les vrais hommes politiques sont ceux qui ne se font pas d'illusions. Autrement, ils nuisent, ils sont dangereux pour leur pays. C'est pourquoi un homme politique propre est quelque chose de tellement rare."
(E. M. Cioran, "Glossaire", in Œuvres, Quarto/Gallimard, 1995)
Propos tenus en 1992 — Cioran songeait-il à quelqu'un en particulier ou croyait-il énoncer là des vérités d'ordre général ? Il semble qu'il conviendrait de nuancer de telles assertions : les cyniques, les roués et les brutes sont dangereux aussi, et peut-être plus que les "naïfs" ou les idéalistes, catégories dont les chances de survie sont assez minces dans les grenouillères où barbotent les élus.

Rrose Sélamort

Les beaux corps sont voués aux corbeaux.
(La proximité de la fête des Trépassés prédispose aux joyeusetés)