Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 04 novembre 2005

Palindrome

Pour jouer au gniagnia :

AMENE L'ENEMA

N.B. On tiendra pour négligeables les questions d'accents et l'assimilation abusive amener/apporter.

jeudi, 03 novembre 2005

Un petit poème, et au lit !

Pour peser un cochon,
le mesurer depuis la nuque jusqu'à la nessance
de la queue et mesurer ensuite la circonfairence
de son corps ; multiplier la longueur par la grosseur, ses deux dimention exprimer en centimètre ;
multiplier ensuite le produit de cette première
multiplication par cinq pour avoir le poit
marchant en kilos

(Henri Pastoureau, cité in A.V. Aelberts et J.J. Auquier, Poètes singuliers du surréalisme et autres lieux, 10/18, 1971)

Un recueil épuisé depuis longtemps, que j'ai eu beaucoup de mal à retrouver. Des textes curieux, comme celui-là, qui prend quelques libertés avec l'orthographe et l'arithmétique — aussi bien qu'avec les méthodes de pesage éprouvées en usage chez les éleveurs et charcutiers.

Problème des banlieues

"... une grant compaignie de larrons et de murdriers [...] se logerent es villaiges qui sont autour de Paris, et tellement, jusques à VI ou environ VIII lieues de Paris, homme n'osoit aller aux champs ne venir à Paris, ne on n'osoit cuillir aux champs quelque chose que ce fust, car nulle voiture n'estoit d'eulx prinse que ne fust rançonnée [...] et quant on s'en plaignoit aux gouverneurs de Paris, ilz respondoient : 'Il faut qu'ilz vivent, le roy y mettra bien bref remede.'"
(Journal d'un bourgeois de Paris, année 1444)

De l'art de perdre son temps...

Par où commencer lorsque mille tâches urgentes vous attendent ?
Par rechercher, toutes affaires cessantes, les noms des différentes variétés de poires recensées par Littré. Il y en a des dizaines, et de fort savoureux : caillot-rosat, chat-brûlé, cuisse-madame, gourmandine, mouille-bouche ou virgouleuse... La quête, au fil des pages, de tous ces apionymes procure au connaisseur un plaisir extrême, une jubilation frivole que ne gâte aucune considération d'ordre utilitaire.

Flatus vocis

Nous sommes tous des diseurs de riens.

mercredi, 02 novembre 2005

Digitus Dei

Dans le même numéro du pieux organe (La Croix, 1er-2 nov. 1885), commentaire autour de la catastrophe des carrières de Chancelade, en Dordogne, survenue le dimanche précédent et présentée comme un châtiment divin :

"L'église était déserte le dimanche. On vivait ce jour-là dans les catacombes, non pour y prier, mais pour travailler, de là au cabaret."
Conclusion de l'article : "Digitus Dei est hic — ce qui le prouve, c'est cet effondrement général. Quand le bon Dieu n'a plus voulu laisser germer la vigne dont on a tant abusé, il a envoyé le phylloxera — Quand il n'a plus voulu de carrières à Chancelade, il les a comblées — Il a fallu moins d'une minute — Les ingénieurs en avaient répondu — Dieu a dit : Je suis plus fort que vous !"

Cent vingt ans plus tard, si l'on en croit le quotidien catholique (2 nov. 2005), Sarkozy déclare qu'il "aimerait être invité à Lourdes par les évêques". On n'est jamais trop prudent...

 

 

Trépassés 5

Dans La Croix datée dimanche 1er-lundi 2 novembre 1885 :

"Aujourd'hui tous ceux qui sont morts dans la grâce de Dieu, depuis le commencement du monde, célèbrent leur fête au ciel et nous invitent à grossir leurs rangs.
On médite pendant toute la semaine cette parole : Bienheureux ceux qui pleurent, bienheureux ceux qui n'ont pas leur consolation en ce monde, car ils seront consolés au ciel. C'est le problème social tout entier."

A small, good thing 2

"Tu devrais jeter ce caleçon, dit-elle, il va bientôt tomber en lambeaux.
— J'aime la douceur qu'ils ont quand on les a portés longtemps."

(Paula Fox, Personnages désespérés, Joëlle Losfeld, 2005)

C'est peut-être ça, le bonheur...

mardi, 01 novembre 2005

Petite anthologie portative 11

Caw caw caw crows shriek in the white sun over grave stones in Long Island
Lord lord Lord Naomi underneath this grass my halflife and my own as hers
caw caw my eye be buried in the same ground where I stand in Angel
Lord lord great Eye that stares on All and moves in a black cloud
caw caw strange cry of Beings flung up into sky over the waving trees
Lord Lord O Grinder of giant Beyonds my voice in a boundless field in Sheol
Caw caw the call of Time rent out of foot and wing an instant in the universe
Lord Lord an echo in the sky the wind through ragged leaves the roar of memory
caw caw all years my birth a dream caw caw
New York the bus the broken shoe the vast highschool caw caw all Visions of the Lord
Lord Lord Lord caw caw caw Lord Lord Lord caw caw caw Lord

(Allen Ginsberg, "Kaddish", V, Paris-New York, 1957-1959)

Sauvés !

Sur le site de Libé :

"Grippe aviaire : Bush a un plan" 

Tous les espoirs sont permis !