Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 29 octobre 2005

L'obscène 5

Exposer en spectacle des photos de soi sur son blog relève de la complaisance ou de l’exhibitionnisme. Livrer à des regards étrangers celles de ses propres enfants, c’est du maquereautage inconscient.

vendredi, 28 octobre 2005

Vocabulaire 3

Sur les mots pompier, pompiérisme, hypothèse étymologique cocasse de Théodore de Banville, qu'on trouve exposée dans les mêmes termes dans le T.L.F. et dans le Robert — Dictionnaire historique de la langue française : "D'après Banville lui-même, les casques portés par les personnages de l'Antiquité sur les tableaux de David et de ses épigones auraient suggéré aux contemporains l'image du "pompier qui se déshabille" ; cet auteur rappelle le vaudeville de F. A. Duvert, La Sœur de Jocrisse (1877) où Jocrisse, regardant une gravure du Passage des Thermopyles, s'écrie : "... ils se battent tout nus ! [...] Ah ! non, non, ils ont des casques... C'est peut-être des pompiers qui se couchent." le mot se serait ensuite appliqué à des tableaux ridiculement emphatiques."

Vocabulaire 2

À propos du verbe énerver — dont le sens actuel constitue encore pour Littré un emploi abusif —, cette remarque dans le Dictionnaire critique de l'abbé Féraud (1787) : "Ce mot est beau au figuré." Suit une série d'exemples, dont le dernier ("La vertu dédaigne un vain faste, qui ne pourrait que l'affaiblir en l'énervant") est commenté en ces termes : "Il semble que dans cette dernière phrase on pourrait trouver du pléonasme, car affaiblir et énerver ont tant de rapport que c'est presque la même chose."

La bonne peinture 2

Le Nouveau Petit Larousse illustré, édition de 1936, propose, insérées dans la partie "Histoire et géographie", "16 Planches hors-texte en similigravure, donnant 83 reproductions des tableaux les plus célèbres et constituant ainsi — nous dit-on dans la préface — un précieux répertoire d'art". La peinture d'histoire, l'allégorie académique et, d'une manière générale, le pompiérisme dix-neuvième alimentent pour l'essentiel cette collection de vignettes, dont le noir et blanc souligne le pathos, exagère le côté lugubre ou inquiétant. Le Martyre de saint Denis, de Bonnat, La Justice et la Vengeance divine poursuivant le crime, de Prud'hon, sont tout simplement cauchemardesques... Je suis un peu déçu de ne pas retrouver ici, comme je m'y attendais, Les Énervés de Jumièges, superbe exemple de kitsch historique, que son étrangeté préserve miraculeusement du ridicule.

Les mots pour le dire

"Ne peux-tu essayer de faire voir les choses sans passer par la culture ?"

(Peter Handke, Essai sur la fatigue, Folio, 1996)

Un langage strictement univoque, purement dénotatif : rêve de logicien — ou de poète. C'est une erreur commune ou une conception vulgaire que de fonder la poésie sur la métaphore, l'allusion, le jeu complexe des références et des allusions, qui rendent toujours plus insaisissable le signifié gisant en-deçà de toute parole.

jeudi, 27 octobre 2005

Ah ! les oaristys...

"Nous parlions tendrement, sans pudeur, comme des amants qui peuvent tout se dire.

— Dites-moi, Miss Fraulein, vous n'avez pas de lait ?
— Il est soif, mon petit oiseau ?
— Non, je veux dire : du vrai lait de femme ?
— Ça ne pas possible ! Seulement si j'aurais un enfant.
— Et dites-moi, Miss Fraulein, nous n'allons pas avoir d'enfant ?
— Seulement si nous serions mariés...

Nous rentrions tard, par d'étroits sentiers. Nous nous y tenions par la main, par la taille. Comme des fiancés, pensais-je, car j'étais à l'âge où l'on ne distingue pas les fiançailles de l'amour."

(Maurice Pons, "Miss Fraulein", in Virginales, Julliard, 1955)

Un de ces auteurs dits "mineurs", dont les nouvelles ironiques et tendres, après un demi-siècle, ont gardé toute leur fraîcheur...

Paris Plage

L'opération "Paris Plage", dont c'était cette année la cinquième édition, est assez révélatrice de la frivolité des temps. Autrefois, c'est en port maritime — et non en "station balnéaire éphémère"— que l'on souhaitait transformer la capitale. Après Claude-Siméon Passemant au XVIIIe siècle, c'est un certain Jean-Jacques Anatole Bouquet de la Grye (1827-1909), polytechnicien, ingénieur-hydrographe de la Marine et membre de plusieurs sociétés savantes, qui se penchera sur la question avec un enthousiasme et une constance dont témoigne toute une série de publications :

— Résumé d'une étude sur la création d'un port de mer à Paris, Paris, Gauthier-Villars, 1882.
— La Mer à Paris, Paris, Société de Géographie Commerciale, 1882.
— Amélioration de la Seine. Paris port de mer, Paris, Berger-Levrault, 1884.
— Paris port de mer, conférence faite, le 11 novembre 1887 à la mairie de la rue Drouot, devant les membres de la Ligue des contribuables, Blais, Roy et Cie, 1888.
— Paris port de mer. État de la question par M. le vice-amiral Thomasset et Réponse aux critiques formulées dans le rapport des ingénieurs de la navigation de la Seine par M. Bouquet de La Grye, Paris, Société d'études, 20, rue de la Sourdière, 1888.
— Paris port de mer. Dernière réponse, Paris, idem, 1889.
— Paris port de mer. Rapport sommaire sur le projet d'un canal maritime entre Paris et la mer, Paris, idem, 1890.
— Paris port de mer, Paris, Gauthier-Villars et fils, 1892.

Notre ingénieur eût-il goûté les palmiers, le sable doré et "l'ambiance Brésil" ?

mercredi, 26 octobre 2005

Sempre caro...

Promenade en Bourbonnais. Villages minuscules aux noms allitérés : Vicq, Veauce, Valignat... Le paysage s'ouvre à l'ouest sur les vastes labours et les emblavures de la Limagne, se perd dans des lointains bleutés. Nous redescendons au crépuscule vers la vallée de la Sioule. Le soir tombe, et la fraîcheur...
Il faudrait ici les mots des poètes, Leopardi ou Bonnefoy.
"Così tra questa
Immensità s'annega il pensier mio:
E il naufragar m'è dolce in questo mare."
 
"Cette harmonie a un sens, ces paysages et ces espaces sont, figés encore, enchantés peut-être, une parole, il ne s'agit que de regarder et d'écouter avec force pour que l'absolu se déclare, au bout de nos errements. Ici, dans cette promesse, est donc le lieu."

Smoking / No smoking 4

"J'ai acheté dix cigarettes et deux cigares mais — tranquillise-toi — je les ai déjà fumés et je ne fume plus."
(Italo Svevo, lettre à sa femme, février 1905 — in Dernières cigarettes. Du plaisir et du vice de fumer, trad. de l'italien par Dominique Férault, Rivages poche, 2000)
 
Personnellement, j'ai l'esprit plus tranquille de savoir que je conserve à portée de main une boîte de 100 grammes de Kentucky Bird ("with Natural Flowers") à peine entamée, et que je peux trouver des Toscani Extra Vecchi chez le buraliste du coin. En cas d'urgence.

Le grand style 7

"Dans un hamac à Macao,
Faudrait qu'il fait chaud !"

(Philippe Léotard, "Mon cœur et le monde bougent", À l'amour comme à la guerre, 1989)