Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 octobre 2005

Lexicographie 2

Autre bel exemple d'imposture éditoriale : Le Parler des métiers de Pierre Perret (Laffont, 2002). Que ce pitoyable amuseur pour noces et banquets se prétende poète, c'est simplement consternant ; qu'il joue les lexicographes — avec la bénédiction liminaire de Gabrielle Quemada —, c'est carrément scandaleux. D'autant que son "parler des métiers" semble sortir tout droit d'un mauvais polar argotique des années 50 ou des dialogues d'Audiard. Il est édifiant de noter que notre bouffon consacre autant de pages à la pétanque et à la boule lyonnaise qu'à l'agriculture, laquelle se réduit pour l'auteur à la récolte du miel et des truffes. Quelle connaissance intime du monde du travail ! Et ce volumineux colombin, que son auteur [sic] a mis douze ans [resic] à pondre, coûte un peu plus de cinquante euros ! Ben voyons ! Pourquoi se gêner ?

Lexicographie

Parcourir le Littré à la billebaude est un plaisir de choix.
Plaisir gratuit, car il n'est pas toujours facile de glisser dans la conversation l'adjectif "cucumérin", d'évoquer le jeu de la "gribouillette" (mentionné par Barthes dans les Fragments d'un discours amoureux), la "sept-en-gueule" ou la "perd-sa-queue"!
Plaisir gratuit ? Il s'est tout de même trouvé des fumistes pour éditer sous leur propre nom des florilèges de "mots propres" pillés ou grappillés dans les grands dictionnaires — non sans préciser, pince-sans-rire, que tout lecteur peut en faire autant. Avec le même profit ?

lundi, 03 octobre 2005

Laconisme

Trois citations dédiées aux blogueurs incontinents.

"LE SERPENT :

Trop long."

(Jules Renard, Histoires naturelles)

"Matière suffisante pour se taire."

(Lichtenberg, Aphorismes)

"Paroles. Paroles."

(Henri Michaux, Poteaux d'angle)

Cynégétique 5

Un loup a été abattu le vendredi 2 septembre dernier, sur le territoire de la commune de Saint-Sulpice-des-Rivoires, dans le département de l'Isère. (A.F.P.)
"... par ceste chasse on delivre le païs de telles bestes mauvaises et pernicieuses : qui, entre autres mille incommodités, ravissent aux Rois et Princes les faons des bestes fauves, Biches et Cerfs, les petits Cochons sous la laye, les chevreuils : mesmes aux haras la belle Jument pleine, ou bien quelque beau Poulain, et aux povres gents leurs Vaches, Moutons, et menu bestail : et qui plus est les jeunes enfans, voire bien souvent les grands." 
(Jean de Clamorgan, La Chasse du Loup, necessaire à la Maison Rustique, 1583)

Météo 5

Le "bulletin-météo" : les cartes-satellite, les anticyclones et les ciels de traîne, tout ce verbiage, ce salmigondis pseudo-technique débité par une dinde peroxydée ou un jocrisse arborant un sourire de vendeur au porte-à-porte sont parfaitement insupportables à un individu pourvu d'un coefficient intellectuel à peu près normal.
Monsieur Jourdain en serait effarouché : "Il y a trop de tintamarre là-dedans, trop de brouillamini."
Relisons plutôt l'incipit de L'Homme sans qualités : "Admirable incipit, le plus stupide et le plus intelligent..." (Marc Petit, "Îles sonnantes, îles flottantes" in Manies et Germanies, Stock, 1997, p. 151 — Excellent recueil d'articles et communications, dans lequel on trouve l'une des rares études consacrées à Quirinus Kuhlmann)

La cognizione del dolore 2

Aujourd'hui, clinique.
Les vieux, les "assis" : mes semblables, mes frères, avec leurs pansements, leurs prothèses, leurs tuyauteries... Ils s'inquiètent du plateau-repas (oh ! la cuisine hospitalière et ses remugles !), ils réclament la télévision... On veut bien souffrir, mais pas supporter, en plus, les "pubs", le bulletin météo et les actualités régionales...

dimanche, 02 octobre 2005

Série noire

La "Série noire" change, une fois de plus, de présentation (voir article dans Libération). Pour la quatrième, cinquième, sixième fois depuis la création de la collection ? Ces rhabillages — qui se succèdent, me semble-t-il, à intervalles de plus en plus rapprochés —, irritent le vieil amateur attaché à ses habitudes ; en plus, ça fait désordre sur les étagères. S'il s'agit simplement d'une stratégie commerciale, il serait sans doute plus efficace de miser sur la qualité des auteurs — et corollairement des textes — que sur l'esthétique de la couverture. Le nom de Crews, de Lansdale ou de Straley me paraît un meilleur argument de vente qu'une "photo légèrement tramée de bleu"...

Les livres qui nous apprennent à danser 2

"J'ai conservé, sans le vouloir, cette naïveté : quand j'ouvre un livre, j'aime que ce soit un livre. Je m'attends à de la littérature. La vie, c'est-à-dire les autres et moi, la vie me suffit pour le reste. Mais lire, si c'est pour s'y retrouver, autant vaut téléphoner à son voisin et passer une soirée baliverneuse."
(Georges Perros, Papiers collés, 1960)

Dimanche

Le dimanche : "Clou de girofle d'éternité dans le rôti de chien de la semaine." (J. Audiberti, Dimanche m'attend, 1965)

samedi, 01 octobre 2005

Requiem

Requiem de Fauré. In paradisum :
"In paradisum deducant te angeli..."
Des anges bleu et rose dragée, sur des nuages de coton. Nous irons tous au paradis, sur un air de chevaux de bois : la, ré, fa dièse, fa dièse, ré, la, la, ré, fa dièse...