Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 17 octobre 2008

Encore des chats 3

 

Chats.
Chats de Baudelaire et de Colette.
Chats tricolores, qui sont toujours des chattes.
Chats écrasés.
Chats de Louis Wain et de Steinlen.
Chat du Cheshire et chat de Schrödinger.
Chats de Lovecraft.

Je me rappelle avoir lu, il y a bien longtemps, une nouvelle intitulée "Du temps et des chats", dont j’ai oublié l’auteur et le contenu…

Colours 4

Après un week-end lorrain prolongé et un bref passage à Lille, retour en Auvergne.

Un peu partout — Sarre, Luxembourg, Ardenne —, l’automne incendie les bois. À Dinant, le drapeau belge flotte au sommet du rocher Bayard ; un jeune chat noir déambule sur une placette déserte. Nous en verrons un autre le même jour, à Lille, rue de la Renaissance, juché sur le capot d’une voiture, exhibant un impeccable plastron blanc.
Un autre encore, le lendemain à Villeneuve-d’Ascq, sauvageon efflanqué, hôte des parkings couverts.

Sur la route du retour, courte halte à Metz-le-Comte. Près de la petite église, au-dessous du cimetière, le feuillage des vignes hésite entre l’or et la rouille ; quelques maigres grappillons dédaignés par les vendangeurs pendillent encore aux pampres piolés de bleu et veufs de toute rime.

Dans les pâtis du Morvan, des charolais blancs par dizaines.
Entre Le Veurdre et Limoise, une petite troupe de cigognes demi-deuil arpente une emblavure.

Aujourd’hui, de nouveau, plusieurs rencontres de chats — noirs, gris ou tigrés — dans les rues du quartier, qu’ils traversent avec une inconscience hautaine, insoucieux des autos assassines.

vendredi, 03 octobre 2008

Pages roses

Dans son dernier numéro, le Nouvel Observateur nous propose en exclusivité les bonnes feuilles de la récente correspondance Houellebecq-Lévy.
Asinus asinum fricat.

lundi, 29 septembre 2008

Amour des listes et orgue 2

Poètes en vrac sur ma table de travail :

E. E. Cummings, 95 Poems, New York/London, 2002 ;
120 poètes français d'aujourd'hui, Montpellier, Maison du Livre et des Écrivains, 1992 ;
J. Laforgue, Les Complaintes, GF Flammarion, 1997 ;
G. Mathieu-Castellani, Anthologie de la poésie amoureuse de l'âge baroque - 1570-1640, Le Livre de Poche, 1997 ;
J. Harrison, Lettres à Essenine, Christian Bourgois, 1999 ;
R. Char, Œuvres complètes, Bibliothèque de la Pléiade, 2007 ;
J. Harrison, Lointains et Ghâzals, 10/18, 2003 ;
G. Bataille, L'Archangélique, Poésie/Gallimard, 2008 ;
L. Janvier, La Mer à boire, Poésie/Gallimard, 2006 ;
E. E. Cummings, 95 Poèmes, Points/Seuil, 2006 ;
A. Emaz, Caisse claire, Points/Seuil, 2007 ;
R. Char, Poèmes en archipel, Folio, 2007 ;
Y. Bonnefoy, Les Planches courbes, Poésie/Gallimard, 2003 ;
Haiku - Anthologie du poème court japonais, Poésie/Gallimard, 2006 ;
P. Celan, Choix de poèmes, Poésie/Gallimard, 2005.

Liste établie en écoutant Beethoven, et notamment la Fugue en ré majeur pour orgue.

"Et l'on guérit tout, tout, tout, en mangeant des roudoudous"

Un journaliste de L’Express, qui demandait à un proche de Ségolène Royal si celle-ci, dans sa façon de s'adresser à la foule, avait pu être "influencée par le style d’Obama", s’est entendu répondre : "Non, regardez bien Obama : c'est lui qui s'est inspiré de la façon dont Royal fait de la politique." La question, aussi, était bien oiseuse, tant il paraît évident que si l’ex-candidate à la présidence a une dette en matière de jeu de scène, ce ne peut être qu’à l’endroit de Chantal Goya...

samedi, 27 septembre 2008

Cornettes et sonneries 5

Le jour, le plâtrier-peintre nécrophile encolle les murs. La nuit ...

vendredi, 26 septembre 2008

Péd(ém)agogues

Nous avons eu naguère Duneton et son Anti-manuel de français, le fringant Pennac et "les droits imprescriptibles du lecteur" ; on nous annonce maintenant un Antimanuel de littérature signé Bégaudeau… Pseudo-rebelles et marchands d’orviétan pédagogique font leurs choux gras de l’interminable naufrage de notre système scolaire. Médecins Tant-pis ou médecins Tant-mieux, la justesse de leur diagnostic ou l’efficacité de leurs prescriptions leur importent moins, au fond, que le montant de leurs honoraires.

mardi, 23 septembre 2008

Terroir

Ce week-end, chapitre de la Confrérie des Saveurs du Pays Charolais, à Gueugnon, en Saône-et-Loire — mon "pays de vache", selon la formule rabelaisienne. Il faut évidemment participer à ce genre de manifestation sans chercher à jouer les habiles et prendre tout cela au premier degré, ne pas bouder son plaisir. On goûte une viande merveilleuse, de très honorables petits bourgognes, on retrouve ses racines, la chaleur et l’accent du terroir, toutes choses qui méritent mieux que ces ridicules récupérations folkloriques qui sévissent aujourd’hui un peu partout, étranges combinaisons de kitsch, de niaiserie et de roublardise commerciale.

mercredi, 17 septembre 2008

No TV

L’été s’éloigne à petites journées, les matinées sont fraîches, le temps s’écoule avec des lenteurs de clepsydre — "Onde ides a correr, melancolias ?" Plus jeune, j’eusse rouvert Pessanha, ce cousin de Laforgue et de Toulet :

"Abortos que pendeis as frontes cor de cidra,
Tão graves de cismar, nos bocais dos museus,
E escutando o correr de água na clepsidra..."

Aujourd’hui, je serai allé, plus prosaïquement, acheter le pain à pied pour profiter un peu du soleil timide ; j’aurai bu un verre de rosé en devisant de l’état du monde avec trois vieux copains, avant de passer prendre à "La Grande Presse" une commande de livres. Amis inconnus, aussi idéaux que les fantoches qui traversent les fictions, pourtant si proches, si familiers : Jim Harrison (Lettres à Essenine), Richard Millet (qui n’aime guère, d’ailleurs, le précédent — ou du moins le juge surfait : Désenchantement de la littérature, Le Chant des adolescentes), Larry Brown, Jean Clair et l’incomparable Guido Ceronetti (Une poignée d’apparences)… Bonheur anticipé de la lecture du soir, bonheur avare et enfantin, à savourer égoïstement, dans le silence de la nuit froidureuse.

Pas plus que les autres soirs, je n’allumerai la télévision. Ce soir, sur Arte, on peut voir un documentaire intitulé Du Reich à la Terre promise : "De la Nuit de cristal en 1938 à la naissance d'Israël en 1948, la longue errance de milliers de jeunes juifs germano-polonais… "
On peut préférer lire La Barbarie ordinaire...

mercredi, 10 septembre 2008

La vieille dame et le crocodile

"Je veux bien aller à la guerre, mais pas qu'on me tire dessus !"

J'écrirai peut-être prochainement une note intitulée : "Oui, mais si je trouve une nouille, je paye pas !"