Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 01 janvier 2008

Petite anthologie portative 44

       RUE BARDOUX

Sur le crépi d'un mur vierge de mousse
S'étale en rouge un graffiti mahous :
Marie (03) vous emmerde tous.

(M.R., Huit épigrammes et dédicaces clermontoises, prosaïques, nostalgiques, odonymiques, cordiales et autobiographiques

dimanche, 30 décembre 2007

Bourgogne

Hier après-midi, rapide expédition à la solderie de C. — qui s’enorgueillit d’avoir eu le premier maire socialiste du monde (sic. Se trouvera-t-il, dans le futur, une ville pour se flatter d’avoir eu le dernier ?). J’en reviens avec :

— une brassée de disques de jazz — trois pour un euro, la plupart récents et presque tous excellents. Mais qui écoute encore du jazz, aujourd’hui ?
— deux cartons de bourgogne hautes-côtes de nuits, très convenable, auquel un passage en carafe ôtera un soupçon d’acidité excessive ;
— quatre volumes dépareillés de l’Œuvre poétique d’Aragon, dans la belle édition du Livre Club Diderot.
Dans le tome XII (1953-1956), hommage à Colette, dont l’auteur évoque

                       "[la] voix de syrinx où perchait
    Avec toutes les variations d’un Beaune
    Le roulement des r comme un vin dans le chais."

Les sourcilleux tiqueront devant les licences orthographiques (deux, déjà, dans le passage cité !) ou les alexandrins quasi mirlitonesques (oh ! cette double diérèse !) ; ceux qui ont le goût moins difficile ne bouderont pas leur plaisir.

jeudi, 27 décembre 2007

Cornettes et sonneries 4

Dans le catalogue de la B.N.F. : Gracq, Boum, Hue...
On y trouve également 593 notices consacrées à Jacques Dutronc.

vendredi, 21 décembre 2007

Encore des mauvaises nouvelles de la littérature

Christian Bourgois — "l'élégance, le courage et la détermination même", selon l’article nécrologique que lui consacre Le Monde — nous a quittés discrètement. Nous avons une dette immense, nous autres lisards, envers celui qui nous a permis de découvrir tant d’auteurs superbes et souvent atypiques. L'un des premiers volumes que j’ai achetés dans la belle collection à couverture blanche était le Kaddish d’Allen Ginsberg ; le dernier, il y a quelques semaines, Le Monde de pierre, de Tadeusz Borowski. Et, au fil des années, combien de bonheurs de lecture ! Voici, au hasard des rayons de la bibliothèque, Eric Mccormack, Giorgio Manganelli, Maurice Pons, William T. Vollmann… combien d’autres ! On lira, dans Libération, le récit de sa rencontre avec Richard Brautigan, parabole laconique qui donne à réfléchir au culte que nous vouons à des auteurs dont le moi social peut se révéler affligeant.

D’autres nouvelles de la vie culturelle dans notre belle France ? Oui : "Samedi, Chris­tine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, a remis à la chanteuse et comédienne Vanessa Paradis les insignes de chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres." C’était avant-hier dans Le Figaro.

mardi, 18 décembre 2007

Concordance des temps

Réjouissante incongruité : l’emploi du subjonctif imparfait dans les Stances à Sophie.

lundi, 17 décembre 2007

Rouge-gorge

Le rouge-gorge revient, comme chaque hiver, sautiller dans le jardin ou sur le balcon, en quête de miettes.

"C’est un oiseau bizarre, le rouge-gorge…
Quatre-vingt-dix pour cent d’entre eux migrent vers le sud, et il y en a quelques-uns qui tentent leur chance et qui restent, en quelque sorte…
Oui, ceux qui restent prennent le pari que l’hiver va être doux…
Ça peut bien se passer, mais s’ils se trompent, ils meurent. Alors tu te demandes peut-être pourquoi ils ne partent pas vers le sud, histoire d’être sûrs ? Est-ce qu’ils sont simplement paresseux, ceux qui restent ? …
Ce qu’il y a, c’est que si l’hiver est doux, ils pourront se choisir les meilleures places dans les haies avant que les autres ne reviennent…
C’est un risque calculé, tu comprends ? Tu peux tirer le super gros lot ou bien en chier dans les grandes largeurs."

(Jo Nesbø, Rouge-Gorge, Folio policier, 2007)

vendredi, 14 décembre 2007

Légumes de saison

Lille, petite brasserie de quartier, naguère bruyante, enfumée, sympathique — ce soir-là, déserte. Nous comprenons trop tard que l'établissement a changé de propriétaire.

"... et comme légumes, nous avons purée, gratin dauphinois, frites."

La pomme de terre, on ne s'en lasse pas — et à Lille moins qu'ailleurs. Elles sont, hélas ! infectes, les frites : blanchâtres, plâtreuses et sèches sans être cuites. La patronne s'ennuie ferme en attendant d'improbables clients. Musique d'ambiance : "Radio Nostalgie"...

Le cheverny rouge fait heureusement oublier un peu la médiocrité de ce dîner morose.

lundi, 10 décembre 2007

Météo 24

Temps gris, froid, détestable. La pluie distille interminablement du ciel couleur de serpillière. Une fin d'automne à la Ponge, rébarbative et triste. À trois heures de relevée, il faut allumer les lampes. Gargouillis de l'eau se déversant des gouttières ; quelque part dans la maison une radio jabote... Écoutons des musiques sans importance en feuilletant ces livres que nous n'avons pas vraiment envie de lire :
 
"warm place calm and quiet
small grace white birds high up
you know fireworks and fairy tales and dragonfly
in my summer mind
soft sand dark skin
palm trees and sun cream"

vendredi, 07 décembre 2007

Dernières nouvelles de la littérature 2

Madame Royal écrit des livres.

"DERNIER, IÈRE, adj. et subst.
[…]
Après lequel il n'y en a pas d'autres ; après lequel il n'y a plus rien."

(Trésor de la Langue Française)

 

lundi, 03 décembre 2007

En longs myaulemens horribles

Des chats crient dans la nuit venteuse. On ne sait s'ils se battent ou s'ils s'aiment...