Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 avril 2014

Eymoutiers

Rebeyrolle 4.jpgNous profitons d'une journée qui s'annonce grise et vaguement pluvieuse pour une escapade en Limousin : depuis longtemps je me promets de visiter l'Espace Rebeyrolle, à Eymoutiers.
J'en reviendrai proprement sidéré. La peinture de Rebeyrolle appelle le superlatif et l'oxymore : toiles démesurées où fermente et dégouline une matière épaisse, ici figée comme une lave refroidie, craquelée, écailleuse et friable, là, travaillée, devine-t-on, de sourdes fermentations, grouillante, sanieuse, sanguinolente. Des sédiments terreux esquissent de vagues orographies où ruissellent des fluides, où s’enchâssent d'érugineuses immondices ; des haillons s'accrochent à des moignons de branches... Voici des corps, convulsés, meurtris, saisis dans les contorsions de la souffrance ou de l'orgasme, des viscères, des poils, résidus de poubelles d'hôpital ou d'abattoir. Intérieurs vides et glacés, asiles ou mausolées, singes et chiens. On redoute à tout moment que le cauchemar s'anime, que le pandémonium se déchaîne, que le silence se déchire, que des rugissements telluriques secouent ces paysages tout juste émergés du chaos primordial, que les hurlements des torturés, les vagissements des fantômes, le bafouillis des ivrognes ou des déments débondent en mascaret dans les couloirs et les salles.
Au-dehors, l'air un peu frais rompt le "noir enchantement", la "Fontaine de Jouvence", macabre allégorie, pissote son petit jet verlainien.
Nous n'irons pas jusqu'à Tarnac, où je dois avoir encore quelques lointains cousins. Il est un peu tard, aussi, pour un pèlerinage littéraire sur les terres "siomoises" de Richard Millet ou à Taphalescha, au nom évocateur de mines d'or et de cavaliers sauvages.
Retour donc, sous un ciel triste, par le lac de Vassivière, Felletin, Aubusson : le plateau de Millevaches et les mélancoliques campagnes de l'ancienne Marche. Nous dînerons, au retour, des rillettes d'oie et du gros pain de campagne achetés au marché d'Eymoutiers.

lundi, 31 mars 2014

Lentilles vert émeraude 2

Tout occupé des préparatifs du petit-déjeuner, je prête une oreille distraite aux jabotages post-électoraux des invités politiques de France-Culture. Je crois entendre : "... plateau de fromages" — avant de réaliser que c'est du "taux de chômage" qu'il est question. Ventre affamé...

samedi, 29 mars 2014

Pinard, crus et climats

"Les vins de la "Côte d'Auxerre", rivaux des vins du Tonnerrois, sont fort bons, quoique de moindre qualité que ceux de la "Côte-d'Or". Les principaux crus sont : Migraine, la Chaînette, Queutard, Judas et Boivin, dont les produits se recommandent par leur vinosité, leur finesse et leur bouquet." (Paul Joanne, Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies, Hachette, 1890 - Tome 1 (A-B), article "Auxerrois", p. 229)
Certains de ces toponymes pittoresques sont également mentionnés dans le Discours joyeux en façon de sermon, faict avec notable industrie par deffunct Maistre Jean Pinard, lorsqu'il vivoit trottier semiprebendié en l'Eglise de S. Estienne d'Aucerre sur les climats et finages des Vignes dudict lieu, Auxerre, Pierre Vatard, 1607.

jeudi, 27 mars 2014

Courir les rues 5

"Google Maps" nous épargne "le vain travail de voir divers pays", nous offrant à domicile le voyage dans l'espace — aussi bien que dans un passé proche. On découvre ainsi qu'à Clermont-Ferrand, dans les premières années de ce siècle, les établissements "Porcentre" — "Viandes & Salaisons - Charcuterie - Plats cuisinés" — ont remplacé, rue du Pré-la-Reine, la Société Protectrice des Animaux, laquelle avait fort opportunément son siège en face des abattoirs et des parcs à bestiaux. Il semblerait d'ailleurs que, depuis la date des prises de vues, on ait délocalisé à Volvic l'usine à cochonnailles. Pour les cochonneries, on apprendra que l'ancien cinéma porno de l'avenue d'Italie a été reconverti en église évangélique. La croix latine plaquée sur la façade — exorcisme d'appropriation évoquant la christianisation des mégalithes phalliques — peut se lire comme une rémanence isotopique et anamorphique de la croix de Saint-André, idéographe stigmatisant doublement ce VOX, où l'on passait naguère des films X.

mardi, 25 mars 2014

Le grand style 24

"Sur le toit de la forêt, dans le bourdonnement des cantharides, une perruche qui s'était frottée aux hommes répétait un mot pêché dans l'ombre." (Georges Ribemont-Dessaignes, L’Autruche aux yeux clos, Allia, 1993)
Juste histoire d'écrire quelque chose... Pluie froide au-dehors, réverbères de la rue éteints : nous aurions bien besoin d'un peu d'exotisme.

dimanche, 09 mars 2014

Amour des listes et orgue 11

Disques du moment :

  1. Luciano Berio, Coro — Kölner Rundfunkchor, Herbert Schernus / Kölner Rundfunk-Sinfonieorchester, Luciano Berio (Brilliant Classics) ;
  2. Giovanni Bottesini, Messa da Requiem — Marta Matheu, Gemma Coma-Alabert, Agustín Prunell-Friend, Enric Martínez-Castignani ; Joyful Company of Singers / London Philarmonic Orchestra, Thomas Martin (Naxos) ;
  3. Michael Haydn, Requiem pro defuncto archiepiscopo Sigismundo / Missa in honorem sanctæ Ursulæ — Carolyn Sampson, Hilary Summers, James Gilchrist, Peter Harvey ; Choir of the King's Consort / The King Consort, Robert King (Hyperion) ;
  4. Gustav Mahler, Symphonies 1-10 / Das Lied von der Erde — Radio-Sinfonie-Orchester Frankfurt, Eliahu Inbal (Brilliant Classics) ;
  5. Arvo Pärt, Fratres  / Festina lente / Summa / Cantus in memory of Benjamin Britten — Hungarian State Opera Orchestra, Tamás Benedek (Naxos) ;
  6. Krzysztof Penderecki, A Polish Requiem — Izabela Kłosińska, Jadwiga Rappé, Ryszard Minkiewicz, Piotr Nowacki ; Warsaw National Philarmonic Choir, Henryk Wojnarowski / Warsaw National Philarmonic Orchestra, Antoni Wit (Naxos) ;
  7. Carl Rütti, Requiem — Olivia Robinson, Edward Price ; The Bach Choir / Southern Sinfonia, Jane Watts, David Hill (Naxos) ;
  8. Karlheinz Stockhausen, Stimmung — Suzanne Flowers, Penelope Walmsley-Clark, Nancy Long, Rogers Covey-Crump, Gregory Rose, Paul Hillier ; Gregory Rose (Hyperion) ;
  9. Mieczyslaw Weinberg, Symphony n° 8 "Polish Flowers" — Rafał Bartmiński / Warsaw Philarmonic Orchestra and Choir, Antoni Wit (Naxos).

Et pour l'orgue : Martial Caillebotte, Messe solennelle de Pâques — Mathilde Vérolles, Patrick Garayt, Érice Martin-Bonnet / Chœur régional Vittoria d'Île-de-France / Orchestre Pasdeloup, Michel Piquemal. L'orgue est tenu par Mathias Lecomte.

mardi, 04 mars 2014

Printemps des poètes 6

Comme chaque année, le "Printemps des poètes" offre à l'inévitable Jean-Pierre Siméon l'occasion de nous bassiner avec ses pontifiantes sornettes et ses platitudes démagogiques, pieusement retranscrites, ce dimanche, dans les pages magazine de La Montagne. "La poésie doit être un fait social", affirme avec force le "directeur artistique" de cette manifestation "à la fois simple et ambitieuse". Variante pauvre d'une formule éculée de Lautréamont, qui n'a guère plus de sens que tout le reste de l'entretien, dans lequel on apprend que les responsables de cette quinzaine de la rimaillerie ont "été sollicités par le ministère de la Défense" afin de commémorer le "70e anniversaire de la Libération et de la victoire sur le nazisme". "Nous avons accepté avec enthousiasme — déclare notre aède stipendié —, pour faire face au retour actuel de la haine." Voilà qui est grand et beau, en ces temps où "la société est plus antipoétique que jamais". C'est terrible : on en regretterait presque la métromanie du XVIIIe siècle...
Mais, peut-être que les poètes, on pourrait leur f... un peu la paix. Ou commencer par les relire. Mallarmé, tiens : "Comme tout ce qui est absolument beau, la poésie force l’admiration ; mais cette admiration sera lointaine, vague, — bête, elle sort de la foule. Grâce à cette sensation générale, une idée inouïe et saugrenue germera dans les cervelles, à savoir, qu’il est indispensable de l’enseigner dans les colléges, et irrésistiblement, comme tout ce qui est enseigné à plusieurs, la poésie sera abaissée au rang d’une science. Elle sera expliquée à tous également, égalitairement, car il est difficile de distinguer sous les crins ébouriffés de quel écolier blanchit l’étoile sibylline." ("Hérésies artistiques" — "L'art pour tous", L'Artiste, septembre 1862)
La poésie faite par tous ? On en trouve quelques échantillons dans les toilettes des autoroutes.

mardi, 25 février 2014

Die Verwandlung

Clapi parmi les livres, je m'endors, aux petites heures, sur les pages. Je me réveillerai un beau jour métamorphosé en lépisme. Je filerai me réfugier dans la gouttière de quelque in-quarto poussiéreux, d'où nul plumeau ne viendra me déloger.

samedi, 15 février 2014

Résurrection des corps

Tous à poil !

lundi, 10 février 2014

Pluviôse

Pluviôse, le bien nommé — si avril est "le plus cruel des mois", février est assurément l'un des plus tristes, avec ses journées grises, ses boues, ses brouillards, ses "ragas" qui détrempent labours et pâtures. On s'abandonnerait facilement à la "marinade", n'étaient les livres, les "bons hôtes muets" de nos bibliothèques. Ma table — je n'ose dire de travail — est encombrée des volumes parcourus ces derniers jours, pour y rechercher quelque référence, ou feuilletés pour une lecture à la billebaude.
Quelques découvertes : Cristina Campo, Catherine Pozzi — l'œuvre la plus mince qu'on puisse imaginer, mais deux ou trois poèmes somptueux, comme ce "Vale", d'une élégance quasi maniériste : "Quand dans un corps ma délice oubliée / Où fut ton nom, prendra forme de cœur / Je revivrai notre grande journée, / Et cette amour que je t'avais donnée / Pour la douleur." (Très haut amour. Poèmes et autres textes, Poésie/Gallimard, 2010) — ou encore Emily Dickinson, que — dois-je l'avouer à ma grande honte ? — je n'avais jamais lue. On apprend dans la préface de Car l'adieu, c'est la nuit (Trad. et présentation Claire Malroux, Poésie/Gallimard, 2011) que les premiers critiques américains jugeaient ses textes soporifiques et lui reprochaient de "crocheter des appuie-tête". Ce qui relève, sinon de la sottise, du moins de l'erreur de jugement. Là aussi des formules admirables : "... shorter than the Day / I first surmised the Horses' Heads / Were toward Eternity". La plupart de ces poèmes, elliptiques et allusifs, ne recourent à d'autres marques de ponctuation que le tiret : on retrouve ce tic, ou ce procédé, chez Marina Tsvétaïéva, sutures typographiques qui révèlent les coupes claires opérés dans le buissonnement des mots.
Pêle-mêle, encore : Sapphô, Kiki Dimoula, Gaspara Stampa ; des choses déjà lues — Entre chien et loup (André Blanchard, carnets avril-septembre 1987, Le Dilettante, 2007), La Voix et l'ombre (Richard Millet, Gallimard, "L'Un et l'Autre, 2012), dans lequel on apprend que "lorsqu'elle chantait, Marceline Desbordes-Valmore était [...] si émue par sa propre voix qu'elle était interrompue par ses sanglots" ; des choses pas encore lues — de Millet, toujours, Le Cavalier siomois (La Table Ronde, 2004) ou Le Diable, tout le temps de Donald Ray Pollock (Le Livre de Poche, 2013). Un bref avertissement liminaire de l'éditeur français nous apprend que ce cousin de Tristan Egolf, Larry Brown, Chris Offutt et quelques autres a commencé à écrire à 50 ans, après avoir travaillé pendant trente-deux ans dans une usine de pâte à papier. Il y a là quelque logique. En France, aujourd'hui, il semblerait que la plupart de nos auteurs — en général beaucoup plus précoces — n'ont guère connu d'autre usine que la "fabrique du crétin"...