Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 27 octobre 2013

Bord des larmes 2

Sans Chagrin.jpg

La petite fille de la réclame, qui souriait naguère pour Shell, nous a quittés — et c'est une immense tristesse.
Faisant route vers le cimetière du Brionnais où nous allons retrouver une poignée de vieux amis, nous passons près de Lapalisse. On lit, sur un panneau indicateur : "Sans Chagrin".
Ce n'est pas notre direction...

mardi, 22 octobre 2013

Petite anthologie portative 76

MADRIGAL

Entre le grenadier et l'explosion des jolies mouettes que vous êtes, il y a quelque chose de plus délicat que les rouages d'une montre. Un renard sourit entre le meilleur du vitrail et le plus clair de la rosée.

Il y a un pistolet sur chaque page d'un livre.

La nuit vous laisse dans la main de chair d'un homme grave qui vous modèle en rêvant.

N'attendez plus du hasard et des causes : tout se sépare comme l'ombrelle de la main quand tombent les beaux jours.

(Roger Vitrac, "La Lanterne noire" — poèmes surréalistes, 1925
in Dés-Lyres, Gallimard, 1964. Édition et présentation H. Béhar)

mercredi, 16 octobre 2013

Remembrances du vieillard idiot 15

À la bibliothèque universitaire, il fallait, pour accéder aux cabinets, longer les rayonnages de la salle de lecture réservés aux usuels. Le dictionnaire Huguet — dont seuls étaient disponibles les cinq premiers tomes — se trouvait juste à côté de la porte des latrines. On pouvait lire, au dos du dernier volume : LIEU-PISSOIR.

dimanche, 13 octobre 2013

"Quel diable de langaige est cecy ?" 4

Un outrecuidant histrion ayant taxé une élue de "conne" et de "salope", aurait argué — si l'on en croit les gazettes — de son droit d'user d'une "langue rabelaisienne". C'est faire bien peu d'honneur à Rabelais, que "l'humoriste" [sic] n'a probablement jamais lu et dont les fouaciers avaient un vocabulaire invectif un peu plus riche que le sien :
"À leur requeste ne feurent aulcunement enclinez les fouaciers, mais (que pis est) les oultragerent grandement, les appellans Trop diteulx, Breschedens, Plaisans rousseaulx, Galliers, Chienlictz, Averlans, Limessourdes, Faictneans, Friandeaulx, Bustarins, Talvassiers, Riennevaulx, Rustres, Challans, Hapelopins, Trainneguainnes, gentilz Flocquetz, Copieux, Landores, Malotruz, Dendins, Baugears, Tezez, Gaubregeux, Gogueluz, Claquedans, Boyers d'etrons, Bergiers de merde et aultres telz epithetes diffamatoires..." (Gargantua, 25)
Si, comme le déplorait Brassens, "les charretiers ont un langage châtié", on ne peut — hélas ! en dire autant de nos comiques patentés, "charme de la canaille" peut-être, "mets des plus délicats", sûrement pas.

dimanche, 06 octobre 2013

Le grand style 23

Prose journalistique, à propos du Salon du Livre de Chamalières (Puy-de-Dôme) :

"[...] Un salon où l'on cause, lit et relit entre les lignes, parcours des paragraphes aussi longs que des rangées de vignes. L'écriture devenue corps et sang de la terre.
Où l'on échange aussi, avec les auteurs devenus pour l'occasion les maquignons d'eux-mêmes. Porteurs chacun d'une bonne parole, d'un ouvrage promis à l'incunable, ou de mots justes et simples dont ils ont fait une profession de foi. Celle vouée à l'écriture entre pleins et déliés, à des idées suitées de chapitres en chapitres, ou à des épopées dont on affine les tomes [...]" ("Les livres tiennent salon aux étals d'une grande foire aux mots", La Montagne du 6 octobre 2013)

"Foire aux mots" ? "Foire est aussi, dit Furetière, l’excrément liquide qui sort dans les cours de ventre."

Cornettes et sonneries 10

Titre dans le Républicain lorrain :

MEURTRES DE MONTIGNY
Heaulme : des matières fécales pourraient parler

— Merde, alors !

mercredi, 02 octobre 2013

"C'est un coquin, qui sans nulle vergogne..."

Ce pimpant moutardier, qui prétend conduire une "liste d'opposition" aux prochaines élections municipales, se présente sur sa page Facebook comme "politicien".
Pourquoi pas gangster ou maquereau ?

mercredi, 25 septembre 2013

Petite anthologie portative 75

Nous nous glissons à pas de loup
répandant une odeur de trou.

(Lev Rubinstein, "L'ange de la poésie", 81,
Les Fleurs du Mal russe
, Albin Michel, 1997)

mardi, 24 septembre 2013

Álvaro Mutis est mort

"Épicurien ne manquant jamais une occasion de glisser une recette de cocktail dans ses romans, cet homme élégant plaçait la littérature et l'amitié par-dessus tout, mais il était aussi jaloux de son indépendance intellectuelle et politique, ne se revendiquant d'aucune école esthétique ni d'aucun parti — à peine se disait-il vaguement royaliste." (Le Monde, 23 septembre)
N'aurait-on jamais lu une ligne du père de Maqroll que cette épitaphe journalistique nous ferait regretter sa perte.

"Le Gabier, sans se retourner, leva la main en signe d'adieu. Appuyé contre la barre, on eût dit un vieux Charon accablé par le poids de ses souvenirs, partant en quête de ce repos qu'il avait si longtemps recherché et qui, pour une fois, ne lui coûterait rien." (Un bel morir, Le Livre de Poche, 1993, p. 145)

dimanche, 22 septembre 2013

Sologne bourbonnaise 2

Premier jour de l'automne. Un beau dimanche, dont nous profitons pour une brève escapade en Sologne bourbonnaise. Le fermier a fauché l'ouche de notre petite "locaterie". Pommiers et poiriers croulent sous les fruits, dont beaucoup pourrissent déjà dans l'herbe, attirant tout un peuple de guêpes, de frelons, de fourmis. Le silence règne, nous pique-niquons à l'ombre des bouleaux, nous lavons "les mains et les yeux de belle eaue fraische", tirée du vieux puits. Après que nous serons partis, les fantômes de l'enfance reprendront possession des lieux, la poussière des jours retombera sur les jougs vermoulus, le tarare démantibulé, les harnais, les cordes de chanvre et les lourdes chaînes rouillées, souvenirs d'archaïques labeurs...