Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 21 octobre 2007

Critiquature

Critiques dithyrambiques, ici et là, du dernier Modiano — ni meilleur ni pire que les précédents. Il n’y a pas lieu d’en faire tout un plat ! Modiano écrit toujours le même roman, il ne déçoit jamais "l’horizon d’attente" de son lecteur. Ce qui est étonnant, ce n’est pas la qualité du style, ni l’originalité du texte : c’est que le charme agisse encore, que la petite musique nostalgique fasse à chaque fois son effet.

samedi, 20 octobre 2007

Intertextualité mon cul

J’écoute distraitement, sur une radio bavarde, une interview d’Umberto Eco. Il est question de Queneau, puis de Nerval. Anecdotes. à la fin d’une phrase, ces mots qui établissent, à l’insu de celui qui les prononce, une connivence inattendue entre les deux auteurs : "… Sylvie dans le métro".

lundi, 15 octobre 2007

Et toujours, toujours il parle de lui…

Le seul dictionnaire égoïste qui vaille qu’on s’y arrête est le Dictionnaire de cuisine d’Alexandre Dumas. Voici ce qu’on y trouve à la rubrique "andouillettes" : "Les meilleures andouillettes que j'ai mangées, et je n'en excepte pas les andouillettes de Troyes, sont les andouillettes de Villers-Cotterêts. Le charcutier qui les fabrique se nomme Lemerré, et demeure en face de la fontaine."

Le résidu et la différence

Semaine du goût.
Il en reste cinquante et une pour le dégoût.

jeudi, 11 octobre 2007

Repentir

J'ai supprimé les quatre notes précédentes, où il était question de gens dont on parle à la radio, dans les journaux... Au fond, cela ne m'intéresse pas.
"La meilleure philosophie, relativement au monde, est d'allier, à son égard, le sarcasme de la gaieté avec l'indulgence du mépris." In petto, si possible.

dimanche, 07 octobre 2007

Livres qu’on lit d’un œil

Le stéréoscope des solitaires, de J. Rodolfo Wilcock (Gallimard, "L’Imaginaire", 2007). On a l’impression d’avoir lu ce genre de choses il y a longtemps. Exercices de style pas toujours très convaincants, qui font penser à trop d’autres auteurs : Buzzati, Cortázar, Michaux… On retiendra surtout, de ce recueil de textes très brefs, "Les Poupées", jolie métaphore ironique de l’activité littéraire : "... comme on n’ouvre jamais l’armoire et que les rayons ne permettent pas d’autre communication que celle qui est en usage chez les prisonniers, au moyen de petits coups frappés selon un système conventionnel donné, peu à peu, presque toutes les poupées se sont adonnées à la littérature ; c’est ainsi qu’elles sont devenues romanciers, poètes, critiques littéraires, critiques dramatiques, conseillers de maisons d’édition. Là-dedans, c’est un tapotement continuel : chacun veut faire entendre aux autres ses propres ouvrages. Mais ce sont là, inutile de le dire, ouvrages de poupées."

De Wilcock, on peut préférer, en dépit d'un lyrisme parfois un peu mièvre, certains poèmes mélancoliques des Jours heureux, comme "El viento" ou "La lluvia" :

        Ce crépuscule est comme une ville lointaine
        où tu aurais un jour dit mon nom ;
        ici, dans la galerie, j’écouterai les ailes
        sereines de la pluie qui passe entre les arbres.

samedi, 06 octobre 2007

E mi sovvien l’eterno

Hier, retour de Lille sous un ciel bas et gris. Austère monotonie des vastes emblavures de l’Yonne, pâtures d’un vert cru de légumes anglais où paissent des charolais placides, villages déserts. À Villemer, un petit siamois café-au-lait traverse la grand-rue en toute hâte devant nos roues. Cris d’enfants : c’est l’heure de la sortie de l’école. Entre Aillant-sur-Tholon et Saint-Aubin-Château-Neuf, la route est bordée de noyers où se rassemblent freux et corneilles : ce sont les noyers grolliers dont parle Rabelais. La nuit tombe lorsque nous arrivons en Bourbonnais. Un reste de lumière s’exténue, vers l’arrière-pays, dans des lividités orange. Je pense aux crépuscules mélancoliques et froids de l’enfance, aux vers de Leopardi… Il est trop tard pour s’arrêter chez le vigneron. Nous achèterons une autre fois quelques bouteilles de vin ginguet à Besson ou Châtel-de-Neuvre.

lundi, 01 octobre 2007

Tuer tout le monde et s’en aller

Dans les journaux, aujourd’hui : "Jack Lang prêt à rendre service au président Sarkozy." "Royal dénonce les bourdes diplomatiques de Sarkozy." "Sting, Stewart Copeland et Andy Summers, les trois membres du groupe Police, ont été faits chevaliers de l'Ordre des Arts et des Lettres par la ministre de la Culture Christine Albanel."
............................................

Flaubert, il y a un siècle et demi : "De quelque côté qu'on pose les pieds on marche sur la merde."

dimanche, 30 septembre 2007

Bruits humains et animaux

Bel après-midi de dimanche d’automne. Les voisins dans leur jardin : vociférations, éternuements, abois de deux ou trois chiens stupides… Je préfère rentrer.
En feuilletant le Journal des Goncourt, je tombe sur ceci : "Nous en sommes venus à appeler le vent, la pluie, la tempête : c’est l’enveloppement et l’assourdissement des bruits humains et animaux." (septembre 1869)

vendredi, 28 septembre 2007

"Thou wast not born for death, immortal Bird !"

b271de79ee24e4830e3c146f1588f616.jpgLa pie de Bruegel : tout aussi immortelle que le rossignol de Keats.

Faute de gibets — quoique les gibiers de potence courent les rues —, celles de lille, aujourd’hui, juchent sur les antennes de télévision.

Faut-il y chercher y chercher quelque signification emblématique ?