Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 04 septembre 2011

Vacances 2

"Événement : Se dit aussi des choses grandes, surprenantes et singulières qui arrivent dans le monde." (Dictionnaire de Furetière)

J'ai acheté une automobile rouge et nous sommes partis en vacances — entendez : partis ailleurs pour n'y rien faire de plus que chez soi.

À la mer, je n'ai trempé crûment nulle allemande stupidement bouleversée, mais j'ai vu toute une variété de gens sans importance, exhibant sans vergogne tétasses et bedondaines, recuites ou blafardes.

Nous avons envoyé une douzaine de cartes postales d'une laideur banale.

J'ai lu, n'ayant rien d'autre à lire, une énorme immondice de neuf cents pages, aussi vertigineusement nulle que le laissait prévoir une quatrième de couverture dithyrambique.

Nous avons pique-niqué, au retour, dans un petit bourg désert, entre Angoumois et Limousin, partageant un peu de fromage avec un chat noir amiteux et bancroche : un de ces petits bonheurs qui justifient "le vain travail de voir divers pays". Et l'achat d'une automobile rouge...

samedi, 20 août 2011

Canicule

— Que faisiez-vous au temps chaud ?
— Rien.

samedi, 06 août 2011

"... deus nobis hæc otia fecit"

Brève et déprimante incursion à Lille, où je n'étais pas retourné depuis de longs mois — ville livrée aux troupeaux de touristes qui badaudent et baragouinent en divers idiomes, aux traîne-savates et bélîtres de tout acabit ; cloaque des quartiers périphériques, où la gueusaille s'ennuie pour tuer le temps ; étrons de chiens, crachats, monceaux d'immondices à l'entrée des courées.
Il est rafraîchissant, abandonnant l'autoroute aux prétentieuses pataches des philistins bataves, de prendre au retour les chemins buissonniers ; de s'attarder dans le Morvan, au hasard des départementales bordées de chicorées bleues, de piloselles, de millepertuis ou de jacobées ; de pique-niquer au bord de la Loire, du côté de Saint-Hilaire-Fontaine, goûtant le silence absolu de la campagne assoupie dans la tièdeur de l'après-midi.
Passé le fleuve, voici le Bourbonnais — "the sweetest part of France". Nous aurons bientôt regagné notre retirance, retrouvé la paix des jardins, les bonheurs oisifs de la sédentarité...

mardi, 19 juillet 2011

Petite anthologie portative 67

Mes amis sont morts,
Je m'en suis fait d'autres.
Pardon !

(René Maublanc, NRF, septembre 1920, cité in Journal d'un homme de 40 ans de Jean Guéhenno, Grasset, 1934)

Courir les rues 4

VAUGELAS RESTAURATEUR

Sur le trottoir, devant le restaurant laotien, un écriteau promet :

SAVEUR
NUL PAR
AILLEUR

samedi, 16 juillet 2011

Incipit 7

Un petit livre à couverture rempliée rose :
"J'errais à l'écart autour des cabinets."

mercredi, 13 juillet 2011

"Just listen how it's raining"

Après des jours de chaleur caniculaire, un orage de grêle a saccagé hier soir les arbres du jardin.
Aujourd'hui, des feuillages hachés, des panerées de pommes vertes, des fleurs décapitées jonchent le gazon roussi. Il a plu toute la journée à grosses gouttes, obstinément ; le ciel est gris, le vent froid.
Le parapluie de ma piétonne coutumière était, ce matin, couleur de myosotis et citrin l'après-midi. Combien en a-t-elle donc ?

samedi, 09 juillet 2011

Livres 2

La brocanteuse d'ici traite avec le plus grand dédain les livres, qui s'entassent pêle-mêle dans un recoin, au fond de sa boutique. Tarif unique : les trois pour un euro. Je repars avec un bel exemplaire non coupé des Carnets de Montherlant — années 1930 à 1944, Gallimard, 1957 —, un gros volume de Sermons  de saint François de Sales — Annecy, J. Niérat, 1898 — et le tome second, très joliment relié, d'une petite Divine Comédie, publiée chez Lemerre en 1877.
Feuilleter Montherlant est un plaisir de choix. Au hasard :
"Le cloaque des reptiles sert ensemble à l'urine, aux matières fécales, à la fécondation et à la ponte.
Oui ou non, cela est-il susceptible d'agrandissements philosophiques ?"

mardi, 05 juillet 2011

Hommage puéril

Le jour même de la disparition du peintre, ma petite-fille, sans le savoir, fait du Cy Twombly.

samedi, 02 juillet 2011

Retraite

Cruellement juste — du moins en ce qui me concerne —, cette remarque de Leopardi :
"Ceux qui ne font jamais rien et qui ont par conséquent plus de temps libre à leur disposition sont généralement ceux qui trouvent le plus difficilement du temps à consacrer à une occupation, même s'il en va de leur intérêt." (Zibaldone, Allia, 2003, p. 529)
Avec l'été qui torréfie les pâtures, s'installe une paresse poisseuse et morose, cette pigritia qu'évoquait Barthes naguère, dans un article fameux. Les articles promis sont en souffrance, la toile sur son chevalet abandonnée, les piles de livres à lire ne décroissent guère...
À peine se persuade-t-on qu'on a envie de boire, sous le tilleul du jardin, un verre de rosé frais en attendant que la nuit tombe.