Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 27 janvier 2019

Light of the world

Il a tout lu.
Il tient Ponge en grande estime. Ponge, cet escamoteur, cet emballeur, cet enrubanneur : on lui donne un gigot, il le pare, le ficelle, l'agrémente d'une papillote à manchon. Il en fait tout un plat... Je préfère, à tout prendre, Guillevic qui, du gigot, ne garde que l'os, bien nettoyé, vestige parcimonieux d'un balthazar idéal.
Il a tout lu. Il me demande — l'air de ne pas y toucher — si je connais László Krasznahorkai. Je le connais et j'ai même lu La Mélancolie de la résistance. Il semble avoir oublié — c'est fâcheux — la baleine... C'est gros, une baleine. Comment peut-on l'oublier ?
Histoire de se revancher, il abat un brelan d'auteurs qui l'ont durablement marqué — et, en premier lieu, Lacan, qui lui a apporté la lumière, qui a, dit-il en substance, "éclairé sa vision du monde"... Trop fort ! Du coup, j'ai oublié depuis qui étaient les deux autres photagogues. Dans mon esprit, car je l'ai, à vrai dire, assez peu fréquenté, Lacan ce serait plutôt, à supposer qu'on veuille absolument trouver un sens à ses élucubrations, "ad obscurum per obscurius".

Écrire un commentaire