Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 juin 2019

Paix des pâtis 2

Retour, dimanche dernier et pour quelques heures, en mon "païs de vache" — territoire incertain d'outre-Loire, qui n'est donc plus tout à fait le Bourbonnais et n'est pas encore, pour autant, le Charolais, le Brionnais ou la Morvan. Bonheur de retrouver la maison d'enfance, l'ouche et le vieux puits, la petite "locaterie", désormais lieu de "retirance" pour week-ends d'été. Dans le pré, devant la maison, quelques génisses curieuses s'alignent le long de la clôture, étonnées — comme l'étaient les lapins de Daudet — de l'animation inhabituelle des lieux, des jeux et des cris des fillettes, qui les approchent sans crainte.
Dans l'après-midi, au plus fort de la chaleur, le silence règne, ; à peine entend-on le grésillement d'un grillon dans le jardin, le bruit d'ailes d'un ramier, le chant ténu d'un oiseau... Les vachettes ruminent. Sans doute, aujourd'hui, n'ont-elles plus de nom. On les identifie par le numéro qu'elles portent à l'oreille. L'une de mes petites-filles a remarqué que la 6059 avait tendance à se tenir à l'écart du reste du troupeau...

Commentaires

"J'aime"

Écrit par : Marsyas | mercredi, 05 juin 2019

Eh ! oui, les "like" et les smileys, finalement, c'est bien commode.

Écrit par : C.C. | mercredi, 05 juin 2019

Écrire un commentaire