Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 novembre 2017

"Non bibam amodo de hoc genimine vitis..."

Rouge ou blanc ? Question liturgique...

"On demande lequel des deux vins, du blanc ou du rouge, est matière du Sacrifice. Il est certain que l'Église a toujours préféré le vin rouge au blanc pour deux raisons. La première, c'est que le vin rouge représente mieux, par sa couleur, le mystère de sa transsubstantiation au sang de Jésus-Christ ; la seconde, parce qu'on risque moins de se tromper en confondant l'eau avec le vin. En effet, il y a des vins blancs, tellement limpides, qu'il est assez difficile de les distinguer de l'eau. C'est principalement pour cette raison que plusieurs Conciles ont défendu d'en user à la messe. Ces prohibitions sont tombées depuis longtemps en désuétude, et il est permis d'user indifféremment de l'un ou de l'autre ; mais l'usage du vin blanc n'est que la tolérance, tandis que celui du rouge est la règle [...]
Le quatrième Concile de Milan, sous saint Charles, veut qu'on se serve de vin blanc, quand on le peut. Cela ne prouve rien contre ce qui a été dit. Cette prescription est purement locale à cause de la qualité des vins rouges du Milanais qui sont fortement colorés et épais, tandis que le vin blanc y est très délicat, et d'ailleurs d'une couleur jaune assez foncée pour qu'on ne le confonde pas aisément avec l'eau."
(Origines et raisons de la liturgie catholique en forme de dictionnaire — Encyclopédie théologique publiée par l'abbé Migne, tome huitième, Petit-Montrouge, 1844. Article "Vin", p. 1255-1256)

Aujourd'hui, l'usage du vin blanc est de règle, afin de ne point souiller les nappes d'autel ou les linges liturgiques, et les maisons spécialisées dans les articles religieux, la plupart du temps, n'en proposent pas d'autre. Ainsi trouve-t-on sur Internet du "vin de messe blanc liquoreux 15°5" à 5,90 euros la bouteille (Maison Saint-Christophe) ou encore du "vin blanc sec — muscat des Pyrénées-Orientales 12°5" et du "côtes de provence blanc 13°5" — respectivement 5 et 8 euros la bouteille, ainsi qu'un "agréable vin de messe doux — muscat 15°" à 36 euros le cubi de 5 litres (Paroisse.com). Il faut aller sur la page d'Holyart — site d'une maison italienne, pour trouver enfin, outre du blanc doux ou sec, deux qualités de marsala liquoreux rouge titrant 16°... Breuvage certainement plus agréable que le vinaigre de vin agréé par Durand de Mende, mais rigoureusement proscrit par le concile d'Exeter.

Écrire un commentaire